• Des personnages- témoins, chez Edward Hopper

     

    Des personnages- témoins, chez  Edgar Hopper

     

    Il y a une personne,      seule, souvent.

    Elle  regarde  dehors.

    Quoi ?           on ne sait pas .

    Cette personne  est isolée .

    Non pas seule,   mais isolée :

    elle  contemple  ce qui se passe

    en-dehors du lieu où elle se situe.

    Elle n'y prend pas part.

    Ou rarement.

    C'est une  figurante.

    Posée là pour donner l'échelle .

     

    En fait, il pourrait aussi bien n'y avoir personne .

    >    Juste un bureau,      une chambre  d'hôtel ... 

    et la lumière ,          dont on ne voit pas la source ,

    découpe ses formes géométriques sur les murs .

    La clarté en devient  abstraite .

    On dirait que,          quel que soit le décor,

                                      ou ce qui est peint, 

    tout se répète,       inexorablement,

    sans brutalité, sans noirceur,

    se déroulant sous le regard des personnes représentées, ,

    comme sous le nôtre :

     

    le regard d'un témoin 

    qui voit les choses lui échapper :

              le temps  n'est pas arrêté .

    Son passage n'est pas offert à la beauté,

    ou la contemplation,

    à l'inverse d'une peinture de la Renaissance :

    la scène se saisit d'un quotidien ordinaire,

    et des gestes banals,     curieusement familiers ,

    car ils sont ceux que nous pouvons faire,

    comme si on se voyait juste    survivre 

    à un spectacle        qui ne nous  concerne plus.

     

    -

    RC - janv  2018

    « La dame à la baguetteLe ruban noir - »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :