• Elliott  Erwitt  autoportrait

     

     

    Le photographe se regarde

    et s'étonne de se retrouver

    sur le cliché ,

    ( l'appareil face au miroir ),

    lui qui aurait voulu

    se fondre  avec le mur,

     

    se camoufler dans la nature,

    se fondre dans une  autre personne,

    sous le masque peint  du clown,

    en quelques traits charbonneux , 

    les sourcils levés

    d'un étonnement feint ;

     

    et le nez qu'on imagine

    en boule rouge,

    mais la photo ne le dit pas. 

     

    On ne sait si Elliott Erwitt

    se travestit ,

    à la suite de ses portraits de chien

    ici , en dalmatien,

     

    si c'est d'humour

    ou de surprise

    d'appartenir à une lignée

    qui fait le lien

    avec l'animalité ,

    la  dérision et la tragédie :

     

    la pose est volontaire

    mais le regard  acéré

    a cette inquiétude

    de celui de Rembrandt

    quand il témoigne

    des années qu'il traverse .

     

    L'instantané photographié

    révélant peut-être 

    autre chose à son auteur

    qu'une mise en scène comique .

    Son visage  en serait l'enjeu,

    le nôtre pourrait aussi l'être .

    -

    RC- mars  2019

     

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires