• A la façon d'un voile, jeté sur nos yeux

                                                                                    montage peinture & sérigraphie: Robert Rauschenberg  "Retroactive"  1964  Mus of Modern Art - NY C

     

    Maintenant tu concrétises,

    ce que les souvenirs ont,

    et l'histoire allant avec ;

    aussi bien le cosmonaute

    évoluant prudemment dans l'espace,

    qu'une radiographie du torse,

    le portrait de Kennedy

    ( avec sa main, sérigraphiée par deux fois ),

    des panneaux de circulation "one way",

    des néons d'une publicité lumineuse,

    une photo d'une manifestation

    - un souvenir confus -

    au point que tu pourrais l'effacer,

    ou la recouvrir par une autre.

     

    En fait, ce ne serait pas un inventaire précis :

    la mémoire aurait quelques manques:

    chaque réminiscence,

    transposée en image,

    se fondant volontiers dans les autres,

    de la plus marquante

    ( comme pourrait l'être une manchette en gros titres)

    à la plus banale.

    Si certains cherchent des précisions,

    un sens caché,

    ils auraient beau gratter,

    ils ne trouveraient que peu d'indices,

    ou alors, une simple accumulation :

    à la façon de strates archéologiques .

     

     

    Isoler chaque détail,

    le disséquer,

    en connaître sa substance,

    ne servirait pas à grand chose,

    d'autres éléments

    - comme dans un rêve -

    venant immédiatement remplir les vides,

    ou se superposer aux autres .

    On se demande d'ailleurs

    si le visible n'arrive pas à se fondre,

    avec l'invisible,

    à l'instar d' évènements,

    destinés à retourner à l'oubli :

    la statue de la liberté

    à peine visible dans le noir,

    et le transfert de l'encre

    aussi illusoire qu'un voile,

    jeté sur nos yeux .

     

    A la façon d'un voile, jeté sur nos yeux

    - RC - sept 2017                                                      sérigraphie: Robert Rauschenberg  "Statue de la Liberté "  1964

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

    29660093121.jpg

    photo Ay.ashok Saravanan      - Ganesha

     

     

     Quelle vague sera assez puissante,

    pour fermer le regard de la statue ?

     

    Ses membres ont beau être brisés, 

    les plis de ses habits ensablés

     

    l'écume enrage de ne pouvoir dissoudre

    le sourire, qui s'adresse aux cieux

     

    fixe, comme dans une absence

    peint dans une présence

     

    où on imagine que l'image des dieux

    contemple l'éternité au-delà de l'humain.

     

    -

     

    RC -  sept  2017

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire

  • Peintures  –  Antoni Tàpies

     

    Tapies-corpsdematiere-2012

     

     

    Je relie la terre    à la peinture,
    Les traces de pas   dans la boue,
    La poussière de marbre   griffée,

    Le sol est dressé,  à la verticale,
    Il n’est plus accessible,
    Et bouche  l’horizon.

    Un vernis épais a protégé , de façon précaire,
    Les entrailles ,       des brûlures du napalm  .
    Une mue de peau humaine, y gondole  .

    La seule  échappatoire ,    peut-être  ,
    S’enfoncer dans la terre ,
    Relié à la matrice originelle   .

    Y chercher sa réincarnation  .
    Comme les repousses vertes le font,
    Sur les souches calcinées.

    RC – nov 2014

     

    3601164155_8630abe0b3 Tapies, Antoni _1923- _  1958 Grey Ochre


     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires