•  

     

    peinture: P Picasso:  trois femmes  au printemps  1921

     

    peinture: P Picasso: trois femmes au printemps 1921

     

     

    Plus d’espace dilettante,

    Mais la fenêtre resserrée,

    Où dialoguent les trois romaines,

     

    Pétries d’ocre comme leurs pichets,

    C’est aussi le lieu

    Où s’échangent les paroles.

     

    De leur tunique aux plis rugueux,

    Rappelant les colonnes grecques,

    Leurs membres lourds,

     

    Modelés de chair …

    - Sculpturales,

    Dans leurs gestes quotidiens ;

     

    - Aux langues méridionales,

    Parlent aussi les mains,

    En un curieux ballet. Au centre d’une arcade,

     

    Alors que se remplissent ,

    Les jarres ,

    à la fontaine.

     

    - RC – février 2014 -

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  •  

    aquarelle: William Turner – Venise

    -

    Les couleurs transparentes se posent,
    Et laissent les reflets en papier blanc,
    Il faut les contourner,
    Pour que la caresse de l’éclat
    De la lumière,
    Prenne tout son sens,
    Et que le ciel éblouissant,
    Se tienne à distance,
    Des  eaux tranquilles,
    Et des palais de Venise.

    Le coeur se serrerait
    A oublier ce paysage,
    Saisi dans un instant,
    D’un crépuscule,
    D’un soleil sanglant.
    Et le vent,
    Echappé d’une bouche noire
    Resterait palpable,
    Presque,
    Au dessus des navires,
    Approchant du port…

    Chaque détail, accrochant la lumière,
    Reste ici, inscrit
    Il traverse notre regard,
    Comme celui du peintre,
    Et nous parvient dans une aube nouvelle,
    Un coin de la mémoire,
    Une vague suspendue,
    L’ombre des pins,
    Superposée à elle-même,
    Lovée dans le perpétuel
    Mouvement du temps …

    …Au bord de l’aquarelle.

    -

    RC- janvier  2014

    aquarelle John Singer Sargent – Venise: Ponte San Giuseppe di Castello 1903

     
    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Parallèllement  et coinjointement  au mouvement  du Pop-art américain,  se développe  en France dans les  années  60-70,

    un mouvement  appelé  les  "nouveaux réalistes"...

     

    Ils prennent en compte  la société  dans laquelle ils vivent,  , notamment  sous les  aspects  du monde de la consommation,  : l'argent,  les  déchets,  la multiplication d'objets industriels, identiques, et tous les aspects  qui concourrent  à ce fonctionnement: les méthodes de la publicité:  néons, affiches, objets  recyclés ou non..

     

    C'est  de cas de César, avec ses  voitures compressées,  à la suite  de l'américain Chamberlain,

    Yves Klein,  avec ses célèbres  impressions  de femmes  en bleu  lors  de séances publiques " happenings",  utilise  aussi  les feuilles  d'or  et le feu

     

    Martial Raysse,  qui reprend des images publicitaires ou du monde  de l'art, en intégrant des néons  clignotants,

    De Villeglé ou Hains,  avec les  affiches  lacérées.

    Tinguely  qui monte  des mécaniques dérisoires  et parfois monstrueuses à base  d'éléments  de ferraille récupérés.

    De Christo,  qui emballe  des objets,  puis  des monuments  entiers, sur place,  comme  le  Reichstag à Berlin, le Pont-Neuf à Paris...

     

    Niki de St Phalle  qui tire  à la carabine  sur  des modèles en plâtre  garnis depoches de peinture,  et ensuite  se rendra  célèbre avec ses célèbres  "nanas" rondes, de toutes  les  couleurs,  associées  parfois aux  assemblages  de Tinguely.

     

    ( à noter  que  ces  artistes  groupés  selon l'appellation de "nouveaux réalistes",

    n'ont jamais  fait eux-même  de manifeste, ni crée de mouvement,  c'est  le critique  Pierre Restany,  qui les  a  dénominés ainsi,  alors  que  chacun, conserve  sa démarche  et son esthétique particulières.)

     

    Arman, lui, a une  démarche particulière,  puisqu'il travaille  essentiellement  sur  les "accumulations", telles  qu'on peut  apercevoir  dans le monde  du commerce, dans les  étalages  des supermarchés,  mais  aussi, à l'inverse,  dans  celui des décharges  publiques.

    Il met en scènes des objets  de consommation contemporains, en construisant des sortes  de vitrines,  où il accumule, sans les modifier  des objets  quotidiens ( moulins à café, embauchoirs à chaussures), ou bien  qu'il insère  dans  des blocs de résine ( on a l'impression que les objets  flottent  en l'air ).

    Son attention se focalise  aussi sur le monde  de l'automobile...  il construit des  tours aussi  hautes  que certains immeubles,  à partir  de voitures  accumulées,  coulées  dans du béton  (  il fera  de même  avec des chars  d'assaut).

    ... on peut imaginer  que  des décennies plus tard,  voire  quelques  siècles...  les  parties métalliques  se seront  complètement  désagrégées, il restera   donc  la trace  en creux  ( fossilisée), du monde   contemporain à la création des objets... avec  de part et d'autres  des éléments qui auront  survécu à la  décomposition:  volants,  roues....

    tour des chars

     

    Par ailleurs  il a été sollicité par la  firme Renault  pour  créer  des accumulations,  à partir  de produits de cette marque  : portières  etc...

    accumulation renault  109

    l'élément industriel  se change  donc  en réelle  sculpture.

    ---

     

    Naturellement il est important de  "faire le tour"  des accumulations  d'Arman...  pour  celà  se rendre  directement  sur le site  évoquant les oeuvres  de l'artiste...

     

    Arman, s'intéresse au monde  de l'art,  et le  critique  " de l'intérieur",  notamment, en reproduisant des oeuvres  célèbres  du peintre Van Gogh " la nuit étoilée"n e

    dont il va  exploiter  les  mouvements  de spirales et traces  de pinceau très apparentes,  mais  en laissant  inclus dans la peintures, brosses et pinceaux  qui sont  censés avoir abouti à la naissance de l'oeuvre...

    avec la  "nuit brossée"

    le nuit  en progrès

    nep,

    et bien d'autres  variations sur le même  thème...

     

    Toujours par rapport à l'art ( l'utilisation de la peinture)...

     

    voila son rapport aux tubes  de couleur:

    arf

    toute une  série  que l'on peut  retrouver  dans  les pages  "arman refait le peintre"...

     

    Arman  s'intéresse  aussi  à la  sculpture, mais  plutôt  que  de la laisser telle  quelle,  il va  s'inspirer  de modèles  classiques,  qu'il découpe  en lamelles  parallèles, qui répond  à son esprit de  "fragmentation"  ( qu'il s'agisse  de chaises, d'instruments de musique...sf

     

    Il prend pour base des statues  mythiques

    par exemple la statue de la Liberté,  la  vénus de Milo--  qu'il insère  ( voir  document ci-dessus), avec les lamelles  de statues  évoquanyt les  bronzes  africains (  en particulier ceux du Bénin)

     

    sl

     

    Voir aussi les  chevaux  de la  calaverie Héroïque  ( il se réfère à la peinture  ou sculpture monumentale  d'histoire)...c h

     

    En résumé  son approche  est critique, par rapport  aux mythes  quotidiens,  et aux images  faisant appel à des références  artistiques, considérées  comme  "classiques", et qu'il va démonter...

     

    --

    Le rapport  aux  objets  artistiques  va aussi  lui permettre  de se confronter  avec d'autres  sortes  d'arts: les  arts  "premiers",  qui s'accumulent  dans les musées...

    A la façon d'un Warhol, par,exemple

    --

    aaf

    cf,

     

    et enfin tous types  de créations, notamment  à base de sérigraphies  comprenant des empreintes  d'objets...

    la cafetière

     

    c

    les ciseaux

    cd

    les violons

    hk

    Cette  dernère  repro  marquant son rapport insistant avec la musique  et les instruments  "décomposés"

    vd

    yu

    --n

     

     

    Le musée d'art contemporain de Nice  ( le Mamac ) prénsente  beaucoup  d'artistes  

    de cette  époque  et correspondant aux  représentants  du "nouveau réalisme"...

     

    --

     

    une autre  analyse  de l'oeuvre  d' Arman,  c'est  sur ce site

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires